Rechercher

Comment bien régler votre VTT

Dernière mise à jour : 6 avr.

Quel que soit le vélo que vous utilisez ou que vous prévoyez d’utiliser, il y a plusieurs façons d’améliorer ses performances et son confort. Poursuivez votre lecture pour découvrir mes astuces et régler votre vélo comme une horloge.



COMMENT PUIS-JE DÉTERMINER LA HAUTEUR DE MA SELLE ?

Pour déterminer la bonne hauteur de la selle, 1 asseyez-vous sur votre vélo avec votre talon (portez des chaussures de cyclisme !) sur la pédale située au point le plus bas, mais alignée avec la tige de selle (légèrement inclinée).

Votre jambe ne doit pas être totalement tendue. Pédalez un peu en arrière et regardez si vos hanches bougent ou si elles sont stables. 2 Si vos hanches bougent vers le haut et vers le bas, votre selle est probablement trop haute. Abaissez-la un peu et réessayez.



COMMENT PUIS-JE DÉTERMINER LA POSITION HORIZONTALE DE MA SELLE ?

En général, lorsque votre genou est à l’avant, il doit être aligné verticalement avec l’axe de votre pédale lorsque vos pédales sont en position horizontale (vous pouvez vérifier ceci en fixant un poids à une ficelle que vous suspendez à votre genou).

De quoi avez-vous besoin ? 1 Un lacet et un poids.

Une selle trop avancée provoque des douleurs au niveau des genoux et une selle trop reculée surcharge les mollets. Parfois, la règle générale ne fonctionne pas pour tout le monde. N’hésitez donc pas à déplacer votre selle vers l’avant ou vers l’arrière pour trouver la position dans laquelle VOUS vous sentez le plus confortable. Soyez prudent et procédez par de petits ajustements (un changement minime fait en général une grande différence) et essayez de rester dans la plage recommandée indiquée sur les rails de la selle.





MA SELLE DOIT-ELLE POINTER VERS LE HAUT OU VERS LE BAS ?

1 Vous pouvez vérifier l’angle de votre selle avec un niveau à bulle. Si votre selle pointe trop vers le bas, vous glisserez vers l’avant et la pression exercée sur le bas de vos paumes sera trop forte. D’un autre côté, si votre selle pointe trop vers le haut, elle peut provoquer une pression désagréable sur l’entrejambe. En général, il vaut mieux que la selle soit parfaitement horizontale pour une meilleure répartition de votre poids. Pour résumer, c’est à chacun de décider ! Encore une fois, n’hésitez pas à essayer des réglages différents jusqu’à ce que vous vous sentiez parfaitement à l’aise sur votre vélo.




DOIS-JE RÉGLER LA HAUTEUR DE MON GUIDON ?

La personne chargée de monter votre vélo vous demandera très probablement à quelle hauteur vous souhaitez placer votre guidon (attention aux différentes entretoises de pivot placées au-dessus et/ou au-dessous de votre potence). Si vous êtes un cycliste débutant, je vous conseille de commencer avec la position la plus élevée. Ainsi, vous profiterez de la position la plus détendue sur la selle. Une fois que vous aurez acquis une certaine confiance au cours de la saison, vous pourrez ajuster votre position. Essayez une position plus basse et agressive en retirant une ou plusieurs entretoises. N’oubliez pas : c’est toujours mieux de procéder étape par étape et par petits ajustements. Si vous commencez à ressentir des douleurs dans le bas du dos, votre guidon est probablement trop bas.


1 Desserrez votre potence
2 Desserrez le cache supérieur
3 Retirez le cintre et retirez ou ajoutez des entretoises au-dessus ou au-dessous de votre cintre, selon vos besoins

4 Remettez le cache supérieur en place et serrez-le


5 Alignez votre cintre
6 Serrez votre potence



DISTANCE DES LEVIERS PAR RAPPORT AU CINTRE Lorsque vous montez à vélo, vos mains doivent être placées près des extrémités de votre guidon afin d’être le plus stable possible. Asseyez-vous sur la selle et commencez à déplacer vos leviers de freins vers l’intérieur ou l’extérieur jusqu’à ce que vous puissiez les utiliser avec juste un doigt.


Exemple de levier trop éloigné du guidon.

Les freins hydrauliques sont incroyablement puissants ; c’est pourquoi vous devez toujours utiliser un seul doigt.


HAUTEUR DES LEVIERS

Ensuite, déplacez les leviers vers le haut ou vers le bas pour trouver une position confortable vous permettant d’avoir les poignets aussi droits que possible. Pour ce faire, demandez à quelqu’un de tenir votre vélo et placez-vous en position de pilotage, car celle-ci est la position dans laquelle vous utiliserez vos freins le plus souvent.


Leviers de frein trop hauts.

Leviers de frein trop bas.

Bonne position.



ERGONOMIE

Une fois vos leviers de frein correctement placés, vous pouvez régler vos autres leviers (manettes, tige de selle, TwinLoc). Vous devez pouvoir les atteindre facilement, sans déplacer les paumes de vos mains.





COMBIEN DE PRESSION DOIS-JE METTRE DANS MES PNEUS ? 3 aspects doivent être pris en considération pour déterminer la pression de vos pneus : le type de pneus, votre poids et le terrain/la surface sur lesquels vous allez utiliser vos pneus.

Type de pneu : les pneus plus larges nécessitent moins de pression que les pneus étroits. La plage de pression (mini.-maxi.) recommandée par le fabricant est toujours indiquée sur le flanc du pneu. Essayez de respecter cette plage. Votre poids : plus vous êtes léger, moins la pression de vos pneus doit être élevée. Le terrain : selon la surface sur laquelle vous prévoyez de piloter, vous pouvez adapter la pression de vos pneus pour rendre votre vélo plus efficace. Ce phénomène peut être observé notamment lorsque vous pilotez un VTT ou un vélo de gravel : les terrains humides, graveleux ou techniques (avec des racines ou des cailloux) exigent une pression plus faible, alors que les sentiers secs et durs vous permettent de piloter avec une pression plus élevée. Testez différentes pressions tout au long de la saison pour déterminer celle qui vous convient le mieux, mais respectez toujours la plage recommandée et effectuez des changements légers.


Avec une pression trop élevée, vous aurez l’impression que les sentiers sont plus durs.
Avec une pression trop faible, vous aurez plus de difficultés à pédaler et vos pneus seront plus plats.



EN RÉALITÉ, QUELLE INCIDENCE LA PRESSION DE MES PNEUS A-T-ELLE SUR MON PILOTAGE ?

Les pneus sont les éléments qui ont la plus grande incidence sur le pilotage, la résistance au roulement et la sécurité. Ainsi, vous devez réfléchir à ce que vous attendez de votre vélo avant de déterminer la pression de vos pneus. Pour conclure, il s’agit surtout de trouver le bon compromis…

Sur un VTT : une pression plus faible offre plus de traction et de grip mais une pression trop faible augmente le risque de crevaison et rend votre vélo moins stable. D’un autre côté, une pression plus élevée augmente la stabilité et l’efficacité de roulement (par exemple si vous montez des côtes) mais une pression trop élevée réduira la traction et le grip sur les sentiers et vous fera trop rebondir sur les sections caillouteuses et techniques.


DOIS-JE FAIRE MONTER DES PNEUS TUBELESS ?

Bien sûr, surtout si vous pilotez un VTT. Non seulement vous réduirez le poids (toujours un bon point !) et éviterez les crevaisons (les célèbres crevaisons par pincement), mais ils vous permettront de rouler avec une pression de pneus plus basse (plus de grip) et de réduire l’inertie de vos roues (meilleure réactivité). La plupart des vélos récents sont équipés de jantes compatibles avec les pneus tubeless ; il est donc facile (et économique !) de passer aux pneus tubeless.




SUSPENSION

Les 2 aspects les plus importants à régler sur les suspensions pneumatiques sont l’air (évidemment !) et le rebond.

COMMENT PUIS-JE DÉTERMINER LA QUANTITÉ D’AIR QUE JE DOIS AJOUTER À MA SUSPENSION ?

Tout d’abord, vérifiez si le fabricant fournit des recommandations. La plupart des nouveaux vélos dotés de suspensions FOX disposent d’une échelle de réglage de la suspension que vous pouvez fixer à la suspension pour effectuer le réglage. Les vélos équipés de suspensions Rock Shox possèdent généralement une échelle de pression pneumatique recommandée inscrite sur la suspension.

FOX.


FOX









Rockshox








FOURCHE

1 Vissez votre pompe à amortisseur sur la valve (située sur la tête de fourche ou sur le corps de l’amortisseur) et 2 commencez à ajouter ou à retirer de l’air conformément aux recommandations du fabricant. Si vous ne disposez d’aucune information, vous pouvez commencer à pomper l’équivalent de votre propre poids en PSI dans la fourche et deux fois votre poids dans l’amortisseur.





Si vous possédez l’une de ces échelles de réglage, fixez-la à la fourche/l’amortisseur (ils ont des échelles différentes ; assurez-vous d’utiliser la bonne !). Montez sur votre vélo doucement, sans sauter dessus (demandez à un ami de tenir votre vélo). Si votre vélo est équipé d’un système TwinLoc ou d’un autre système de blocage de la suspension, assurez-vous d’ouvrir complètement votre suspension auparavant.



1 Mettez-vous en position de pilotage debout sans toucher vos freins. Enfoncez le joint torique en caoutchouc vers le joint de votre fourche/amortisseur (ou demandez à un ami de le faire). Descendez de votre vélo aussi doucement que possible (sans sauter).

2 Le joint torique en caoutchouc se déplace et indique le point de fléchissement (distance entre le joint de la fourche/l’amortisseur et le caoutchouc ou le débattement de votre suspension avec votre poids seulement). Si vous utilisez une échelle de réglage de la suspension, vérifiez si le caoutchouc respecte les valeurs recommandées. Si vous n’utilisez pas l’un de ces anneaux, vous devrez utiliser une règle et mesurer le point de fléchissement.

En général, il doit être situé entre 20 et 25 % du débattement de votre fourche et entre 25 et 33 % de la longueur de tube de votre amortisseur.





COMMENT PUIS-JE RÉGLER LE REBOND DE MA SUSPENSION ?

Le rebond détermine la vitesse à laquelle votre suspension revient à sa position normale après un impact. Si vous avez l’impression que votre vélo rebondit trop, il se peut que votre rebond soit trop rapide. Si vous avez l’impression que vos suspensions sont molles et que vous avez moins de débattement, votre rebond est probablement trop lent et vos suspensions ne reviennent pas jusqu’à leur position normale. Vous pouvez régler votre rebond à l’aide 1 de la molette située en général sous le tube de la fourche et 2 sur le corps de l’amortisseur.



Commencez par une position intermédiaire. Si cette position n’est pas évidente (comme sur la fourche par exemple), tournez la molette complètement dans un sens, puis complètement dans l’autre sens et comptez le nombre de clics. Ensuite, tournez-la dans l’autre sens jusqu’à entendre la moitié du nombre de clics que vous avez comptés au début. Vous devriez alors avoir atteint la position intermédiaire. Le rebond est facile à régler et à manipuler. N’hésitez donc pas à essayer différents réglages de rebond sur votre sentier le plus proche et trouvez les meilleures sensations !



VOUS ÊTES PRÊT !

Grâce à ces vérifications et réglages de base, vous serez sûr de pédaler confortablement et en toute sécurité sur votre vélo ! N’ayez pas peur d’essayer des réglages et des ajustements différents. « Tester et ajuster » est la règle ultime en matière de réglage de vélos ! Cependant, si vous ne vous sentez pas à l’aise pour le faire, il vaut mieux demander conseil auprès de votre revendeur local ou d’un spécialiste. Gardez à l’esprit que seul un vélo parfaitement ajusté vous offrira un maximum de plaisir !





51 vues0 commentaire